Je n’ai pas le temps

Je dois vous avouer que le temps est une notion qui a le don de me fasciner depuis l’enfance..

Temps : indomptable et fugace , Entre fascination et fatalité, Création de mon Seigneur adoré, Je te vois impassible, défiler, Emportant avec toi ma naïveté, Dormant peu, pour ne pas perdre une minute, De vie de joie et d’incertitude…

Et pour cause, il défile fatalement même si nous luttons corps et âme pour l’en empêcher : entre quête de jouvence, et optimisation du temps, le mystère du temps reste entier !

Le temps n’a pas la seule faculté de défiler puisqu’il suppose un changement sur toute chose. Ainsi, une pomme posée, se dégradera petit à petit à mesure que le temps passe, au même titre que nous vieillissons au fil des jours, c’est inéluctable !

Ceci dit, le temps est une notion qui s’est intellectualisée et conceptualisée au cours de l’humanité et a soulevé divers théories philosophiques et scientifiques, relevant ainsi cet éternel questionnement : qu’est ce que le temps ?

Pour cet article, j’ai voulu décrire ce qu’était le temps -rien que ça- puis devant l’étendu des sciences autour de cette notion, j’ai fait marche arrière, tant les perceptions sont nombreuses, abstraites complexes ou subjectives. Cependant, certains concepts scientifiques autour du temps m’ont fait de l’œil, je n’ai donc pas dit mon dernier mot (il se peut qu’il y ait 2-3 trucs à ce sujet dans la rubrique « Culture G & Vulgarisation » dans un avenir proche !).

En tout cas, deux questions me semblent essentielles pour comprendre que le temps est une source, si ce n’est la source, indispensable à laquelle il faut prêter une attention particulière dans toute entreprise.

1. Pourquoi n’avons-nous plus le temps ?

Nous vivons un paradoxe : plus la technologie est censée nous faire gagner du temps, plus nous en manquons.

Conséquence directe de l’ère du numérique, le temps semble s’écouler autrement qu’autrefois. Sociologiquement, on constate que non seulement nous vivons plus longtemps et en meilleure santé, mais en plus, nous n’avons jamais eu autant de temps libre que maintenant. Pourtant cette notion que le temps est compressé se ressent.

Et si à l’inverse de nos ancêtres, le fait d’avoir une vie de choix, d’alternatives et non une vie toute tracée et linéaire nous donnait ce sentiment de manquer de temps.

Si effectivement l’âge numérique ouvre le champ des possibles, en mettant à disposition tous les outils pour approcher la possibilité de faire tout ce que nous désirons. Cette surabondance de choix-existentiels ou pas- fait que nous nous questionnons constamment. En d’autres termes, si nous voulons changer de métier, apprendre une langue, avoir accès à toute la culture, partir en road trip, théoriquement, nous le pouvons.

Parallèlement, cet éventail de choix -infinis- peut nous donner la frustration, pauvres humains que nous sommes, de ne pas pouvoir tout faire. Fatalement, ce paradoxe du choix, nous fait sauter d’une chose à une autre, et donne ce goût amer de ne pas avoir le temps. Bref, l’expression populaire : trop de choix tue le choix, prend tout son sens ici.

En réalité, cette perception de manque de temps n’est qu’un goût d’inachevé, qui se perpétue.

Nous avons pourtant 4 fois plus de temps libre que nos aïeux

En effet, nos grand-parents disposaient de 500 000 heures de leur naissance à leur mort. Ils en dormaient 200 000, en travaillaient 200 000 autres ; il leur restait donc 100 000 heures pour faire autre chose.

Alors que nous, nous disposons d’un stock de 700 000 heures : un record absolu de toute l’humanité. Nous dormons toujours 200 000 heures, nous travaillons 70 000 heures, (soit 10% de notre vie seulement) après 30 000 heures d’études ou de formation. Il nous reste donc 400 000 heures de temps libre.*

2. Le temps s’optimise-t-il vraiment ?

Oui, si l’on fait la paix avec le fait que même si nous avons à disposition toutes les ressources possibles et imaginables pour occuper notre temps, nous ne pouvons -techniquement- pas tout faire.

On parle d’humanitude, un terme sociologique et récent définissant nos limites humaines, car à vouloir sans cesse densifier le temps, on finit par lui courir après !

Le temps est aussi une question de priorités

Sachez en tout cas, que lorsque quelqu’un vous dit qu’il n’a pas eu le temps de vous répondre à un message ou de vous rappeler, c’est simplement que vous n’étiez pas dans ses priorités ! Ce n’est pas grave, vous aussi, avez des priorités qui excluent de fait, des personnes ou des activités, et c’est NORMAL !

Donc, manquer de temps, finalement est, entre autres, la résultante ou le revers d’une vie de choix. Si nous désirons optimiser notre temps, il faut d’une part accepter nos limites humaines et d’autre part prioriser nos tâches et par conséquent délaisser certaines activités chronophages, mais ça c’est une autre histoire !

*Selon une étude menée par le sociologue Jean Viard

Un commentaire sur “Je n’ai pas le temps

Ajouter un commentaire

  1. Je pense que l’optimisation du temps à notre époque est plus que nécessaire. Cet article prend du coup, tout son sens. Et naam je suis d’accord tout est une question d’organisation de son temps, des tâches à effectuer par ordre de priorité tout en se rapprochant d’Allah au maximum car la bénédiction de notre temps tiens dans Ses mains.

    Jazaaki llahou khayraa pour cet article. 👍🏻

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :